Le fonds patrimonial de la médiathèque conserve quelques pièces remarquables par leur iconographie : manuscrits enluminés, incunables, provenant pour la plupart du legs de Jean-Louis Bourdillon (1782-1856).

Cinq de ces documents précieux, numérisés, sont ici présentés :

Légué par Jean-Louis Bourdillon, qui l'avait acheté au duc de La Vallière en 1784 , il est aussi appelé bréviaire de Châteauroux. Il est réputé pour ses 360 enluminures et pour ses couleurs éclatantes surtout les rouge très vifs, le bleus saturés et les roses tendres. Quatre grands artistes ou ateliers d'enlumineurs ont contribué à la beauté de ce bréviaire : Haincelin de Hagueneau, enlumineur du dauphin, le Maître de Bedford, le Maître d'Orose et le Maître de Bousicaut.

Le bréviaire parisien

Accéder à la version numérisée

Imprimé sur vélin par Antoine Vérard vers 1496, il est orné de 190 miniatures (5 grandes et 185 petites). Relié de maroquin bleu pour le duc de La Vallière, il a connu 7 propriétaires différents.

Il fait partie des legs de Jean-Louis Bourdillon.

Le Roman de Tristan - Tome 1

Accéder à la version numérisée

Le Roman de Tristan - Tome 2

Accéder à la version numérisée

Jean-Louis Bourdillon a bataillé toute sa vie pour acquérir ce manuscrit, qui a appartenu à la bibliothèque de Louis XVI. Ecrit à la plume d'oie, le texte a été transcrit à partir d'un manuscrit appartenant à l'université d'Oxford d'où l'expression « Manuscrit d'Oxford ». Il est écrit en dialecte anglo-normand et est orné d'une demi douzaine de lettres filigranées bicolore (bleu et rouge).

La Chanson de Roland

Accéder à la version numérisée

Ce manuscrit sur vélin, sûrement du XIVe siècle, est écrit des deux côtés. Il est composé de 5 morceaux et est orné de 12 miniatures. Il est parsemé de lettrines dorées sur fond bleu ou rouge et est accompagné d'un étui de cuir noir à capuchon vissé.

Il fait partie des legs de Jean-Louis Bourdillon.

Prières à la vierge

Accéder à la version numérisée

Ce manuscrit sur parchemin copié vers 1460, a été mutilé. Les 11 miniatures isolées ont connu un parcours chaotique. Finalement vendues au Cabinet des Estampes en 1835 pour la somme de 30 francs, elles font désormais partie d'un recueil factice. En partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France et l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes et grâce au visualiseur Mirador, le manuscrit pourra être rétabli dans sa quasi-intégrité originelle dans une même interface.

Grandes Chroniques de France du religieux de Saint-Denis

Accéder à la version numérisée

Lire notre dossier