Après une sélection faite par les bibliothécaires et une lecture minutieuse des ouvrages par le nouveau jury, le Prix Guy Vanhor (fiction) a été attribué à Héloïse Combes et le Prix Eugène Hubert (documentaire) a récompensé Michelle Perrot.

Prix de la Ville de Châteauroux - Guy Vanhor 2018

L'Ensauvagée

d'Héloïse Combes

aurelien ducoudrayHéloïse CombesÀ coucher dehors

Héloïse Combes est née à Montpellier en 1981. Après un parcours classique en tant que chanteuse lyrique spécialisée dans le répertoire baroque, Héloïse Combes a choisi d’emprunter des routes plus singulières.

Auteur-compositeur, chanteuse, auteur de poèmes, de livres jeunesse, de photographies argentiques réalisées avec son vieux Leica des années 50, on pourrait la qualifier d’artiste touche-à-tout.

Elle collabore régulièrement avec le dessinateur Georges Lemoine et est l'auteur de trois disques et de plusieurs livres parus chez divers éditeurs (Oskar, Gallimard, Jacques Flament éditions, Petit Baluchon, etc.). Elle partage sa vie entre le sud de la France et le Berry. Elle se raconte sur son blog.

François, un jeune garçon solitaire et énigmatique, grandit dans un village berrichon. À travers un récit tendre et poétique, L'Ensauvagé sonne comme une ode à la nature, à la liberté, au mystère de vivre, à la grâce des petites choses.


Sélection du prix de la ville de Châteauroux Guy Vanhor 2018

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.

Prix de la Ville de Châteauroux - Eugène Hubert 2018

George Sand à Nohant

de Michelle Perrot

george sand a nohant

michelle perrotMichelle Perrot« J’ai fait des études d’histoire à la Sorbonne, passé l’agrégation, puis un doctorat. Après huit ans d’enseignement dans le secondaire, aux lycées de jeunes filles de Caen, et Camille Sée à Paris,j’ai poursuivi ma carrière dans l’université, à la Sorbonne, puis à Paris 7-Jussieu, où j’ai enseigné de 1971 à 1995 et dont je suis maintenant professeure émérite.

Mes recherches se sont développées dans plusieurs directions : le travail et le monde ouvrier (Les ouvriers en grève, France, 1871-1890) (1974), 2e édition Paris Ehess 2001), la délinquance et les prisons (Les ombres de l’Histoire, Paris, Flammarion, 2001) , l’histoire de la vie privée et celle des femmes. J’ai co-dirigé avec Georges Duby l'Histoire des femmes en Occident. De L’Antiquité à nos jours, Paris, Plon, 5 volumes, 1990-1991, traduite aujourd’hui en une dizaine de langues. Parmi mes récentes publications, je citerai Histoire de chambres,Seuil, 2009 (prix Femina Essai 2009) et Mélancolie ouvrière (Paris, Grasset, 2012), qui raconte l’histoire de Lucie Baud, ouvrière oubliée, dont un film a été tiré sous le même titre par Gérard Mordillat (Arte, fin août 2018).

Dans ma jeunesse, je ne m’intéressais pas tellement à George Sand. Je l’ai découverte d’abord par sa maison, Nohant, visitée pour la première fois avec Jean-Claude Perrot, mon mari, un castelroussin qui a fait toutes ses études au Lycée Jean Giraudoux et est maintenant professeur émérite de l’Université Paris I. Puis par ses écrits : Histoire de ma vie, magnifique autobiographie (1847-1853, Pléiade, 1971) sa Correspondance, publiée par Georges Lubin (26 volumes) et bien sûr, ses romans. J’ai publié ses écrits politiques : Politique et Polémiques, 1843-1850, Paris, Imprimerie Nationale, 1996 ; le Journal d’un voyageur pendant la guerre, Le castor Astral, 2004. J’ai adhéré à l’association « Les Amis de George Sand », lieu sandien très vivant où j’ai appris beaucoup.

Enfin j’ai décidé de lui consacrer un livre et j’ai choisi de faire la biographie d’un lieu, cette maison qui m’avait initiée à sa personnalité et dont elle disait que c’était sa vie autant que son projet. C’est l’objet du présent livre, George Sand à Nohant. Une maison d’artiste, Paris, Seuil, 2018. Le choix d’un lieu permet d’allier l’individuel au collectif, de voir les amis, les domestiques, les paysans... aussi bien que la maîtresse de maison hors pair que fut George Sand. Pour cela on dispose de sources remarquables : la Correspondance, les Agendas tenus par Alexandre Manceau et par elle entre 1852 et 1876, date de sa mort. Peu de maisons d’artiste disposent de sources aussi continues, précises, variées.

J’ai divisé le livre en trois parties : I/ Les Gens (Famille, amis, berrichons et parisiens, domestiques, animaux familiers...) ; II/ Les Lieux ( la maison, le jardin, la terre) ; III/ Les Temps (météorologique, quotidien, physique (le corps, la santé), politique...). Un cahier d’illustrations – des portraits dont ceux de Delacroix qui fut un familier de Nohant, des croquis de Maurice souvent très drôles, des photographies... – complètent cet ensemble édité par les éditions du Seuil dans la collection « La librairie du XXIe siècle » que dirige Maurice Olender.

Je suis très heureuse que la Ville de Châteauroux couronne ce livre et je l’en remercie.

Je me réjouis de participer à la reconnaissance de George Sand comme une femme de notre temps, et qui a encore beaucoup à lui dire. »

Michelle Perrot

Sélection du prix de la ville de Châteauroux Eugène Hubert 2018

Sécurité. Pour accéder au portail de votre bibliothèque, merci de confirmer que vous n'êtes pas un robot en cliquant ici.