Après une sélection faite par les bibliothécaires et une lecture minutieuse des ouvrages par le nouveau jury, le Prix Guy Vanhor (fiction) a été attribué à Aurélien Ducoudray et le Prix Eugène Hubert (documentaire) a récompensé Jean-Pierre Surrault.

Le Prix Guy Vanhor a été virtuellement créé en 1968 par Guy Vanhor, André Tissier de son vrai nom, par disposition testamentaire. Cet instituteur par ailleurs auteur, journaliste et critique littéraire voulut par l'institution de ce prix faire perpétuer son nom d'écrivain, Guy Vanhor, et par là-même son amour de la littérature. Après sa mort en 1969 et quelques difficultés administratives, le premier Prix Guy Vanhor est décerné en 1973 par un jury de 10 membres. Il s'agit de récompenser un auteur originaire du Berry ou de l'un des départements limitrophes ou un auteur y résidant véritablement. Éventuellement il pourrait être attribué à un écrivain français de quelques autres régions s'il présentait un ouvrage intéressant directement le Berry. [Extrait de la disposition testamentaire de Guy Vanhor]

De 1973 à 1992, vingt-et-un Prix Guy Vanhor sont décernés. Non remis les années qui suivent, le Prix Guy Vanhor sera de facto abandonné.

En 1996 est alors créé le Prix de la Ville de Châteauroux (dit « Prix de la Ville de Châteauroux - Guy Vanhor », en hommage à ce dernier) afin de récompenser les auteurs d'ouvrages contribuant à la connaissance, à la promotion et au rayonnement de Châteauroux, de l'Indre et du Berry. Le premier lauréat, Michel Berthelot, se voit décerner le prix à l'automne 1996 pour son ouvrage sur le général Bertrand. Les membres du jury sélectionnent parmi la production éditoriale de l'année 10 titres, tous genres confondus, entre lesquels ils votent ensuite pour élire le lauréat du Prix. Un « Prix spécial du jury » permet exceptionnellement de récompenser un livre pour son originalité ou un auteur pour l'ensemble de son œuvre, Christophe Rameix en 2013 pour son travail sur les peintres de la vallée de la Creuse ou Les Amis de la Bibliothèque municipale du Blanc pour leur catalogue de l'exposition Léon de Laborde, voyage en Asie mineure : de Constantinople au Taurus et à la côte de Cilicie en 2014.

Depuis 2015, des modifications ont été apportées au prix par le biais d'un nouveau règlement.

Le prix se scinde désormais en deux catégories :

  • un prix pour les fictions (Prix Guy Vanhor)
  • un prix pour les documentaires (Prix Eugène Hubert)

Le jury est composé non plus de 18 membres (de droit et cooptés) mais d'un Conseiller Municipal, membre de la commission animation du territoire, du Conservateur de la Médiathèque, Directeur du réseau des Bibliothèques de la Ville de Châteauroux, de deux libraires, d'un professionnel de la documentation, d'un étudiant et de trois lecteurs du réseau des Bibliothèques.

La sélection des ouvrages à proposer au jury pour sa 1ère réunion de travail est assurée par le personnel de la Médiathèque, soit 15 livres pour les documentaires et 15 pour les fictions. Le jury élit ensuite 5 titres par catégorie puis deux lauréats sont récompensés à la Médiathèque le dernier samedi du mois de mars.

pdfRèglement des Prix de la Ville(98.82 Ko)

Prix de la Ville de Châteauroux - Guy Vanhor 2017

À coucher dehors

d'Aurélien Ducoudray et Anlor

aurelien ducoudrayAurélien Ducoudray
(photo : Florian Belmonte)
AnlorAnlorÀ coucher dehors« Avant d’être scénariste, j'ai travaillé dans le milieu journalistique comme photo-reporter, puis rédacteur en PQR et enfin comme JRI dans une télé locale, donc forcément l'écriture de base journalistique laisse une trace dans la façon d'aborder les sujets (angle, traitement, déontologie), mais avec le scénario et la bande dessinée, le fait de toucher à la fiction permet une grande liberté d'écriture... et donc une sorte d'habitude de recul par rapport à la façon dont on va écrire telle ou telle histoire... C'est un yoyo permanent entre les deux en fait !

Ce qui m'intéresse le plus aussi bien en tant que journaliste photo-reporter ou scénariste, ce sont les gens... tout passe par les gens !! Un récit ne peut être pertinent que si les personnages sont intéressants et fouillés, vous pouvez avoir des explosions, des rebondissements et une charge finale de la cavalerie, si les personnages ne sont que des jolies enveloppes vides, l'histoire ne vous touchera pas... une bonne histoire, c'est avant tout de bons personnages...

Le quotidien est infiniment plus riche que la fiction, il suffit juste de savoir le regarder avec justement les yeux de la fiction, pour voir apparaître poursuites et machinations de tous poils !

J'adore quand le réel prend les atours de la fiction... »

Aurélien Ducoudray

Sélection du prix de la ville de Châteauroux Guy Vanhor 2017

OPAC Sélection de notices

Prix de la Ville de Châteauroux - Eugène Hubert 2017

Souvenir de Madame Pierre Balsan (1810-1870) [suivi de] Naissance des établissements Balsan

de Jean-Pierre Surrault

Souvenirs de Madame Pierre Balsan

Jean-Pierre SurraultJean-Pierre Surrault« Né en 1949 à Ballan- Miré (37), professeur agrégé d’histoire en retraite, docteur en histoire moderne, je suis arrivé avec mon épouse dans l’Indre en 1975. Outre ma carrière d’enseignant, j’ai exercé des responsabilités à la direction du Centre d’études supérieures et à l’ADESI qui en coordonne le financement et la gestion.

J’ai réalisé de nombreux articles ou livres en histoire moderne (XVIIIe siècle) soit sur la Touraine ou le Berry.

Parmi mes ouvrages Jadis en Touraine a reçu le prix de la Société des gens de lettres (1982). J’ai coordonné l’ouvrage, L'Indre, le Bas-Berry de la préhistoire à nos jours aux éditions Bordessoules (prix Guy Vanhor pour le collectif d’auteurs, 1990).

Mes recherches portent essentiellement sur la vie populaire et sur les mentalités religieuses de l’époque moderne. Ma thèse a été éditée par la Librairie Guénégaud à Paris en 2000 sous le titre : Au temps des « sociétés ». Confréries, bachelleries, fêtes, loges maçonniques en Bas-Berry au XVIIIe siècle. En 2013, j’ai publié une histoire d’une famille de médecins berrichons chez Lancosme-Editeur : De père en fils. Médecins, apothicaires & avocats de la Renaissance à Louis XIV. Je prépare actuellement un ouvrage sur les premiers ouvriers de l’Indre (vers 1750-1820).

Au plan culturel, je préside le Centre de Réflexions, d’études et de documentation de l’Indre (C.R.E.D.I.) depuis 1999 avec sa maison d’éditions (CREDI-Editions) et préside l’Académie du Centre depuis 2009. »

Jean-Pierre Surrault

Sélection du prix de la ville de Châteauroux Eugène Hubert 2017

OPAC Sélection de notices

Défense légitime

Mention Spéciale du Jury

Défense légitime

de Véronique Sousset