Après une sélection faite par les bibliothécaires et une lecture minutieuse des ouvrages par le nouveau jury, le Prix Guy Vanhor (fiction) a été attribué à Pierre Pouchairet et le Prix Eugène Hubert (documentaire) a récompensé Françoise Dumasy.

Le Prix Guy Vanhor a été virtuellement créé en 1968 par Guy Vanhor, André Tissier de son vrai nom, par disposition testamentaire. Cet instituteur par ailleurs auteur, journaliste et critique littéraire voulut par l'institution de ce prix faire perpétuer son nom d'écrivain, Guy Vanhor, et par là-même son amour de la littérature. Après sa mort en 1969 et quelques difficultés administratives, le premier Prix Guy Vanhor est décerné en 1973 par un jury de 10 membres. Il s'agit de récompenser un auteur originaire du Berry ou de l'un des départements limitrophes ou un auteur y résidant véritablement. Éventuellement il pourrait être attribué à un écrivain français de quelques autres régions s'il présentait un ouvrage intéressant directement le Berry. [Extrait de la disposition testamentaire de Guy Vanhor]

De 1973 à 1992, vingt-et-un Prix Guy Vanhor sont décernés. Non remis les années qui suivent, le Prix Guy Vanhor sera de facto abandonné.

En 1996 est alors créé le Prix de la Ville de Châteauroux (dit « Prix de la Ville de Châteauroux - Guy Vanhor », en hommage à ce dernier) afin de récompenser les auteurs d'ouvrages contribuant à la connaissance, à la promotion et au rayonnement de Châteauroux, de l'Indre et du Berry. Le premier lauréat, Michel Berthelot, se voit décerner le prix à l'automne 1996 pour son ouvrage sur le général Bertrand. Les membres du jury sélectionnent parmi la production éditoriale de l'année 10 titres, tous genres confondus, entre lesquels ils votent ensuite pour élire le lauréat du Prix. Un « Prix spécial du jury » permet exceptionnellement de récompenser un livre pour son originalité ou un auteur pour l'ensemble de son œuvre, Christophe Rameix en 2013 pour son travail sur les peintres de la vallée de la Creuse ou Les Amis de la Bibliothèque municipale du Blanc pour leur catalogue de l'exposition Léon de Laborde, voyage en Asie mineure : de Constantinople au Taurus et à la côte de Cilicie en 2014.

Depuis 2015, des modifications ont été apportées au prix par le biais d'un nouveau règlement.

Le prix se scinde désormais en deux catégories :

  • un prix pour les fictions (Prix Guy Vanhor)
  • un prix pour les documentaires (Prix Eugène Hubert)

Le jury est composé non plus de 18 membres (de droit et cooptés) mais d'un Conseiller Municipal, membre de la commission animation du territoire, du Conservateur de la Médiathèque, Directeur du réseau des Bibliothèques de la Ville de Châteauroux, de deux libraires, d'un professionnel de la documentation, d'un étudiant et de trois lecteurs du réseau des Bibliothèques.

La sélection des ouvrages à proposer au jury pour sa 1ère réunion de travail est assurée par le personnel de la Médiathèque, soit 15 livres pour les documentaires et 15 pour les fictions. Le jury élit ensuite 5 titres par catégorie puis deux lauréats sont récompensés à la Médiathèque le dernier samedi du mois de mars.

pdfRèglement des Prix de la Ville(98.82 Ko)

Prix de la Ville de Châteauroux - Guy Vanhor 2016

À l'ombre des patriarches

de Pierre Pouchairet

pierre pouchairet

a l ombre des patriarches« Ancien policier, après avoir œuvré pendant presque vingt ans en France au sein de la Police Judiciaire, j’ai travaillé à l’étranger où je représentais la police française. Un travail dont l’aspect opérationnel consistait à identifier des trafics en amont et à coopérer activement avec les polices locales pour permettre ensuite des interpellations en France. Avec trois ans passés au Liban, trois en Turquie, quatre en Afghanistan et deux au Kazakhstan, on peut dire que je connais relativement bien ce travail d’investigation et les rouages de certains services étrangers.

Je suis venu à l’écriture après l’Afghanistan… Envie de relater et peut-être d’extérioriser une vie qui n’avait rien de normal au milieu des attentats et de la violence quotidienne. Tout n’y était pas si mal pourtant puisque j’y ai rencontré Kristell et que nous nous sommes mariés dans le Berry dès notre retour de Kaboul, juste avant qu’elle ne parte pour un nouveau poste en Cisjordanie, à Naplouse et que je sois nommé au Kazakhstan… 8000 kilomètres de séparation.

En 2012, ayant la possibilité de prendre ma retraite je l’ai rejointe à Naplouse et c’est à ce moment-là que j’ai commencé à être publié. Après Des Flics français à Kaboul et Coke d'azur, un premier écrit largement autobiographique, j’ai eu envie de me plonger totalement dans la fiction tout en collant à la réalité de notre région de résidence. Dans Une Terre pas si sainte, on trouvait déjà les personnages de Maïssa, policière palestinienne, de Guy et Dany, policiers israéliens. Ce premier livre gardait des attaches avec la France puisqu’il s’agissait d’une enquête liée à un trafic de drogue depuis Israël vers Nice.

À l'ombre des patriarches peut être considéré comme une suite. Pour moi il témoigne de l’existence dans cette région de bonnes volontés des deux côtés et malheureusement aussi de l’influence grandissante de la religion et des extrémismes dans chaque camp, ce qui pollue les relations entre Palestiniens et Israéliens. C’est un roman noir, peu optimiste sur la situation et son avenir. En parallèle, un autre sujet traité et qui me parait tout aussi important est celui du traumatisme qu’a subi par le passé un des personnages lorsqu’il a été confronté à un attentat sanglant. La particularité des hommes et femmes qui apparaissent dans ce livre est qu’ils sont tous poussés par un sens extrême du devoir et du sentiment d’agir pour le bien de leur communauté, de leur croyance, de leurs idéaux. Je vois ce texte comme un plaidoyer contre le fanatisme, où la frontière entre le réel et la fiction est si ténue qu’on peut se demander où celle-ci commence et surtout si tout cela finira un jour… »

Pierre Pouchairet

Sélection du prix de la ville de Châteauroux Guy Vanhor 2016

OPAC Sélection de notices

Prix de la Ville de Châteauroux - Eugène Hubert 2016

Le Prieuré et le Bourg de Saint-Marcel (Indre) XIIe-XVIIIe s

d'Anne Bazin, Lionel Bazin et Françoise Dumasy

prieure et le bourg de saint marcel

francoise dumasy« Ce livre est né de la passion d’un habitant de Saint-Marcel pour son bourg. Lionel Bazin a consacré plus de 20 ans de sa vie à retrouver l’histoire de Saint-Marcel. Il a lu tous les textes déposés depuis la Révolution aux Archives de l’Indre : chartes, lettres royales, minutes de procès ; il a dépouillé tous les registres paroissiaux ; il a visité tous les lieux et il a voulu transmettre ses découvertes dans un livre destiné au grand public. Mais il lui fallait une « plume »…

Il s’est alors adressé à Françoise Dumasy qui a dirigé plusieurs chantiers de fouilles dans la ville antique d’Argentomagus. Celle-ci a mis ses compétences d’archéologue et d’historienne de l’art au service du Saint-Marcel médiéval et rédigé les textes. Pour illustrer l’ouvrage, elle a chargé un jeune photographe talentueux, Cyrille Galinand, d’assurer la couverture photos : ses clichés, inédits et insolites, renouvellent profondément notre approche des lieux et des choses. Et pour mettre en scène récits et images, elle a fait appel à l’inventivité de Raphaël Durand, expert en maquettage d’ouvrages archéologiques.

Les auteurs ont voulu offrir au public le plus large possible, un livre agréable à regarder et à lire, qui l’invite à suivre les indices, les textes et les témoignages de la savoureuse histoire du prieuré et du bourg de Saint-Marcel-en-Berry. Chacun de ses moments est vu à travers les interventions des différents acteurs : les seigneurs et le roi, les prieurs et les moines, les « manants et habitants du bourg », les vignerons et le peuple des artisans. Les péripéties de leur histoire reprennent vie sous nos yeux avec pour toile de fond la construction et les transformations de l’église, du prieuré, des maisons et de l’enceinte. Les accompagnent, au fil des récits, des extraits des textes liés à l’histoire de Saint-Marcel, reproduits en entier à la fin de l’ouvrage. Chaque lecteur peut ainsi poursuivre l’enquête, visiter à nouveau l’église et se promener dans les rues de l’ancien prieuré sur les traces de cette communauté villageoise. »

Françoise Dumasy

Sélection du prix de la ville de Châteauroux Eugène Hubert 2016

OPAC Sélection de notices