Eugène Hubert de son nom complet Paul Georges Auguste Jean-Baptiste Hubert est né le 5 octobre 1866 à Châteauroux.

photo eugene hubertIl fait de solides études à l'institution Saint-Pierre puis au lycée de Châteauroux, ce qui lui laisse toute sa vie un grand intérêt pour les lettres et notamment les lettres latines. Il suit ensuite les traces de son père Théodore Hubert et devient archiviste adjoint en 1882. Dès 1888, il se passionne aussi pour la photographie1. Très doué pour le dessin, il utilise déjà le lien entre l'image et le texte. Il fait paraître de nombreux articles et études, puis en 1889 Le dictionnaire historique, géographique et statistiques de l'Indre.

Il entre à l'École des Chartes à Paris et y étudie de 1891 à 1894. Il passe son temps libre à chercher et à amasser des informations aux archives départementales de Paris sur le Berry. Il soutient sa thèse sur la Géographie historique du Berry en janvier 1895. Elle n'est pas publiée, mais Eugène Hubert l'utillise souvent pour l'écriture d'articles ou d'ouvrages. Diplômé de l'Ecole des Chartes, il revient à Châteauroux et succède à son père le 26 mars 1895 dans des nouveaux locaux des archives départementales de l'Indre. Il y travaille jusqu'en 1931.

Le 19 avril 1898, il épouse Marie-Louise Peyrot des Gachons dont il a quatre enfants. Peu après son retour de Paris, il fonde et devient secrétaire de La Revue Archéologique du Berry (fusion avec La Revue du Centre) et y collabore activement depuis 1896 ainsi qu'au Bulletin du Musée de Châteauroux.

En 1902, son fascicule sur Ardentes de l'ouvrage Le Bas-Berry : histoire et archéologie du département de l'Indre parait à la librairie Picard mais est imprimé Chez Mellotée.

Après un chapitre de généralités sur un canton, vient une étude séparée de chaque commune, illustrée par des dessins, des vues photographiques et des aquarelles d'André des Gachons. Puis paraissent ensuite en 1905 le canton d'Argenton-sur-Creuse, puis en 1908 celui de Buzançais, puis en 1930 le 4e cahier avec la fondation de Château-Raoul. Parallèlement à ses publications, il continue minutieusement son travail aux archives.

En 1938 il publie son Cartulaire des seigneurs de Châteauroux. Il prend ensuite sa retraite et épuisé par le travail, il meurt à Châteauroux le 7 février 1940, laissant derrière lui le souvenir d'un homme érudit, simple et bienveillant.

Le Bas-Berry : histoire et archéologie du département de l'Indre d'Eugène Hubert a été réédité chez Puy Fraud en 2010.

Distinctions :

  • Officier d'Académie en 1900
  • Officier de l'Instruction Publique en 1906
  • Médaille d'argent de la Renaissance française en 1930
  • Médaille de vermeil en 1931
  • Médaille d'argent de la Société française d'Archéologie en 1931

1. Plus de 2000 clichés sont classés et numérisés aux Archives Départementales de l'Indre.