L'origine de la première bande dessinée est un mystère non résolu... et qui ne le sera jamais puisque les spécialistes ne parviennent pas à se mettre d'accord !

vitrailVitrail de l'église Saint-Aignan à ChartresNous vous renvoyons, pour ce point, à l'excellent site Töpfferiana consacré aux origines de la bande dessinée.

Une succession de peintures racontant une histoire peut-elle être considérée comme une bande dessinée ? Auquel cas, les dessins des premiers hommes dans les grottes préhistoriques, narrant de manière stylisée des chasses au grand gibier seraient de la bande dessinée. De même, participeraient du neuvième art et de manière plus évidente encore les fresques antiques et jusqu'aux vitraux des églises relatant les épisodes de l'Ancien et du Nouveau Testament - chaque élément du vitrail pouvant être comparé à une case de BD.

Et si la peinture est bien souvent une bande dessinée qui s'ignore, les dessinateurs de bande dessinée, eux, utilisent plus souvent qu'on ne l'imagine des références aux grands maîtres et à leurs tableaux.

Parfois de manière évidente : ainsi la série L'île des morts de Thomas Mosdi et Guillaume Sorel, emprunte non seulement son titre au fameux tableau du peintre suisse Arnold Böcklin, mais elle en fait également un personnage principal de l'intrigue. Il en va de même pour Egon Schiele de Xavier Coste, ou encore, Le fils de Rembrandt, de Robin, qui annoncent d'emblée la couleur de sorte que même le néophyte en peinture ou en bande dessinée sait de quoi il retourne sans même avoir vu la couverture.

Les biographies, plus ou moins fidèles à la réalité, sont d'ailleurs assez souvent mises en images, et pas seulement par les plus grands noms de la BD. Joann Sfar, sans en faire une spécialité, a déjà commis Pascin et Chagall en Russie. Plus récemment, c'est Julie Birmant qui s'attache à raconter les rapports passionnés de Picasso avec ses contemporains dans sa série Pablo.

Certaines histoires sont plus discrètes et prennent la peinture comme prétexte à l'aventure. En découvrant un tableau, le héros voit sa vie changer. L'Angélus de Frank Giroud, Paysage au chien rouge de Bruno Le Floc'h ou encore Féroces tropiques de Thierry Bellefroid en sont de parfaits exemples.

ile mortsL'île des morts
de Thomas Mosdi et Guillaume Sorel

feroce tropiquesFéroces tropiques
de Thierry Bellefroid

sirene pompiersLa sirène des pompiers
de Hubert
D'autres, encore, de manière humoristique, présentent sans avoir l'air d'y toucher, des périodes, des mouvements, des styles. On plongera ainsi avec ravissement dans La sirène des pompiers de Hubert, Isaac le pirate de Christophe Blain ou encore Une aventure rocambolesque de Vincent Van Gogh de Manu Larcenet.

Depuis une dizaine d'années, les rapports entre peinture et dessinateurs semblent s'officialiser, et les éditeurs sont de moins en moins frileux à franchir le pas de la publication.

Ainsi, un auteur croate s'est spécialisé dans les rapports entre peinture et bande dessinée puisque l'intégralité de son œuvre tourne autour du neuvième art. Du très connu Le bordel des muses (devenu par la suite Le cabaret des muses pour des raisons diplomatiques) à Vincent et Van Gogh, ce sont les peintres de la fin du 19e siècle qui hantent les pages aux couleurs superbes des albums de Gradimir Smuda. Plus récemment, dans sa nouvelle série Au fil de l'art, ce sont tous les siècles qui sont visités à travers leur peintres.

van goghVincent et Van Gogh
de Gradimir Smuda

van gogh chat

aquarelleAquarelle tirée de
Le cabaret des muses
de Gradimir Smuda
traversee louvreLa traversée du Louvre
de David Prudhomme
Et comme il n'y a qu'un pas de la peinture au musée, les éditions Futuropolis en partenariat avec le Musée du Louvre ont offert une tribune à des auteurs de BD, leur laissant totale liberté pour raconter leur Louvre... La peinture trouve naturellement un rôle principal dans les 7 titres qui ont vu le jour depuis 2005, chaque auteur permettant de découvrir ainsi un Louvre plus intime et moins intimidant.

Aux heures impaires
d'Éric Liberge
 

horlogeL'horloge tomes 1 et 2 de José RooseveltEt si de la peinture à la bande dessinée il n'y a qu'un pas, il n'y en a que deux de la bande dessinée à la sculpture ! Il suffit de chercher...

Enfin, quelques œuvres sont inclassables. Esthétisme à l'état pur, elles font la part belle au rêve et à l'évasion. Le dyptique L'horloge de José Roosevelt, de par son graphisme, la présentation originale des deux tomes qui le composent, sa narration et son sujet est presque plus proche du sujet registre de la peinture que du neuvième art !

Un dernier conseil, avant de conclure, pour faire vos propres découvertes : restez attentif lorsque vous vous plongez dans les aventures dessinées car les grands maîtres sont partout !

Qui irait repérer dans cette case...vent saulesLe vent dans les saules tome 1
de Michel Plessix

... une œuvre pratiquement refaite à l'identique de Vincent Van Gogh ? pissenlitsPins et pissenlits dans le jardin de l'hôpital Saint-Paul
de Vincent Van-Gogh

Et qui avait repéré ce tableau de Bruegel...bruegelLe repas de noces
de Pieter Bruegel

… à la fin d'Astérix chez les Belges ?belgesAstérix chez les Belges
d'Albert Uderzo et René Goscinny

La bande dessinée fera encore longtemps la part belle à la peinture, cette dernière semblant une source inépuisable d'inspiration et d'expérimentation. Et cette collaboration qui s'auto-alimente est également une magnifique aventure de partage et de réciprocité pour le plus grand bonheur des lecteurs qui découvrent, devinent, débusquent les peintres au fil des pages !

Il serait bien que la réciproque soit vraie !

Peinture et bande dessinée

OPAC Sélection de notices

Également sur le net :