C'est donc Faust, du réalisateur russe Alexandre Sokourov, inspiré du chef-d'oeuvre de Goethe déjà transfiguré par Murnau, qui a remporté le Lion d'or du 68e festival de Venise.

faustLion d'Or du Meilleur film : Faust d'Alexandre Sokurov (Russie)

Le film, présenté en fin de course avait laissé les festivaliers sans voix. Plastiquement hallucinant, émotionnellement renversant, le Faust de Sokourov semblait revenir à l'essence même du cinéma, mettant en lumière le décor, le jeu des comédiens et déployant son panthéisme avec une science vénéneuse.

Malgré les concurrents redoutables, en terme de cinéma, Sokourov avait visiblement mis la barre très haute.

Le réalisateur

Né dans la famille d'un officier soviétique, il est diplômé d'histoire de l'université de Nijni Novgorod en 1974, et entre l'année suivante au VGIK (Institut central du cinéma de l’URSS) de Moscou où il est l'élève de Tarkovski.

La plupart des premiers travaux de Sokourov sont bannis par les autorités soviétiques. Durant cette période, il réalise un grand nombre de documentaires. C'est en 1996 avec Mère et fils qu'il accède à la reconnaissance internationale. Il réalise trois films sur des personnages historiques : Moloch sur Adolf Hitler, Taurus sur Lénine et Le Soleil sur l'empereur Hirohito.

Il est aussi célèbre pour avoir tourné L'Arche russe au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg en un seul plan-séquence de 96 minutes.

En juillet 2016, il annonce être candidat aux législatives de septembre à Saint-Pétersbourg sur la liste du parti d'opposition social-libéral labloko dirigé par Sergueï Mitrokhune.