Éloge de la caresse

La caresse, métaphore de la lecture éblouie du Livre, c'est la proposition d'Elisabeth Raphaël : vingt deux sculptures en porcelaine contiennent en leur sein des textes bibliques estampés caressés par des mains de tissu et de terre, respectueuses et vulnérables.

Exposition
Médiathèque de Châteauroux
15 juin – 15 septembre 2013

L'exposition

« Le corps caressé épanouit la main. Au poing manque la caresse ; manque, également, la plume.
La plume entr’ouvre la main.
La Main s’ouvre au vocable, s’ouvre à la distance. »

Edmond Jabès

caresse

La caresse est un mode d’être, une éthique de la tendresse à laquelle nous invite le travail d’Elisabeth Raphaël, présenté à la médiathèque de Châteauroux du 15 juin au 15 septembre 2013. Vingt deux sculptures en textile et porcelaine contiennent en leur sein des textes bibliques estampés.

Des mains de tissu et de terre, respectueuses et vulnérables, déploient leurs doigts tendus sur de fragiles feuilles de porcelaine. Elles ne maintiennent rien. La caresse n’a pas prise. Les mains s’ouvrent à l’inaccessible, à l’insaisissable. Elles questionnent notre rapport amoureux au monde.

« La caresse ne sait pas ce qu’elle cherche. Ce « ne pas savoir », ce désordonné fondamental en est l’essentiel. Elle est comme un jeu avec quelque chose qui se dérobe » nous dit Emmanuel Lévinas. Dans son sillage, Marc-Alain Ouaknin propose une lecture éclatée du Texte. « En tant qu’ensemble de signes parfaits, le Texte n’est jamais atteint. On peut dire qu’il est caressé ».

La caresse est métaphore de la lecture éblouie du Livre. Sans projet, elle appelle à d’infinies interprétations. Ce qui compte n’est pas tant le sens que l’architecture du Livre. Radicalement ouvert, il n’est pas fini. Il s’écrit à mesure que nous l’interprétons. Chaque lecture, chaque étude donne naissance à de nouveaux visages. Ouverture, éclatement des phrases, des mots, des lettres, jusqu’à leur effacement, pour que peut-être surgisse une lueur.

Éloge de la caresse !

eloge caresse

L'artiste : Elisabeth Raphaël

raphaelGrand Prix de la Biennale internationale de Vallauris 2012

Sa démarche

« Pareil à celui de la rose, perdant son premier pétale, qui dira comment un si faible tremblement a pu survivre au livre? Le livre ne dit que ce frisson. »

raphael2Sur les traces d’Edmond Jabès, le retour au livre s’est imposé pour chanter le mystère, murmurer la fragilité de la vie. Expression poétique de légendes et de mythes, le livre nous engage au dépassement de nous-même.

Le livre, les livres, qui me nourrissent sont à la source de mon travail. Les formes naissent à la lecture émue d’un texte, sans aucune conscience d'elles-mêmes. Dans Le petit livre de la subversion hors de soupçon, Jabès cite Emmanuel Levinas « Les vrais livres ne sont-ils que livres ? Ne sont-ils pas aussi la braise qui dort sous la cendre ? ».

Elisabeth Raphaël

Ses expositions

  • Biennale de Châteauroux 7 juin - 1er septembre 2013
  • 67e Salon des Réalités Nouvelles 2013
  • Salon d'Automne en Israël (Jaffa) 31 octobre - 5 novembre 2012
  • 66e Salon des Réalités Nouvelles 2012
  • Biennale de Vallauris été 2012
  • 12e biennale de la céramique d'Andenne, Belgique (2010)
  • Festival de la céramique de Saint Quentin la Poterie (2006, 2009)
  • Salon de la céramique d'art contemporain, Céramique 14 Paris (2007, 2008)
  • Festival de la céramique de Paris XIe (2007, 2008)

main

 

expositionÉcrits, mythes et légendes

terreDepuis 35 années, la Ville de Châteauroux accueille un été sur deux, les œuvres des créateurs vivants qui façonnent et cuisent la terre.

Le thème de cette 17e édition est la représentation de l'écrit, des mythes et des légendes dans la céramique actuelle.

Une nouvelle fois, Sèvres-Cité de la Céramique apporte son soutien et son concours. Des œuvres produites récemment à la Manufacture seront présentées et son directeur M. Cameo a accepté de présider le jury d'acquisition.

Des artistes d'origines très variées comme Akiko Hoshima, Marie Ducaté, Laurent Dufour seront à nouveau présents, des céramistes dont les ateliers sont proches (Christine Massaux-Hélas, Nicole Crestou, Emmanuel Beuchet), ou plus éloignés (Klara Kristalova, née en Tchékoslovaquie et installée en Suède, qui exprime les légendes de ces deux traditions mêlées).

Une journée de rencontres et d'inauguration permettra de réunir les artistes, les invités et les professionnels du Centre Céramique de La Borne et de la Biennale de Céramique de Châteauroux. Ce partenariat s'inscrit dans la tradition des potiers et céramistes du Berry. Il permet de montrer une dynamique régionale qui s'appuie sur un savoir-faire très ancien qui n'a cessé d'être à l'écoute de la création la plus innovante.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.